31 mars 2016

Dominique Cardon, A quoi rêvent les algorithmes ?



A quoi rêvent les algorithmes, prochaine conférence de l’Observatoire des médias de l’université permanente avec Dominique CARDON, au CCO vendredi 1er avril à 14 h 30

Google, Facebook, Amazon, mais aussi les banques et les assureurs : la constitution d’énormes bases de données (les « big data ») confère une place de plus en plus centrale aux algorithmes. Dans son dernier livre  A quoi rêvent les algorithmes, Dominique Cardon montre comment ces nouvelles techniques de calcul bouleversent notre société. À travers le classement de l’information, la personnalisation publicitaire, la recommandation de produits, le ciblage des comportements ou l’orientation des déplacements, les méga-calculateurs sont en train de s’immiscer, de plus en plus intimement, dans la vie des individus. Comprendre leur logique, les valeurs et le type de société qu’ils promeuvent, c’est donner aux internautes les moyens de reprendre du pouvoir dans la société des calculs.



Dominique Cardon est sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée (LATTS). Avec La Démocratie Internet (Seuil, 2010) et de nombreux articles, il s’est imposé comme l’un des meilleurs spécialistes du numérique et d’Internet. Son dernier livre A quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data est paru aux éditions Seuil- La République des idées, en octobre 2015.

De 14 h 30 à 16 h au CCO place Bretagne, vendredi 1er avril

Libellés : , , ,

25 mars 2016

Salut l'artiste ! Johan Cruyff



J'emprunte à la lettre de Causeur un extrait d'hommage à Johan Cruyff décédé à l'âge de 68 ans des suites d'un cancer.

 Nous republions, à cette occasion, un entretien réalisé en octobre 2015 avec l'auteur de sa première biographie française, Chérif Ghemmour.

Chérif Ghemmour est journaliste à So Foot. Il vient de publier aux Editions Hugo Sport  Johan Cruyff, génie pop et despote.
Causeur : « Génie pop et despote », c’est ainsi que vous définissez Johan Cruyff, dans le titre de votre ouvrage qui constitue la première biographie française du célèbre footballeur néerlandais. Pouvez-vous, dans un premier temps, nous expliquer en quoi Johan Cruyff est génial ?
Chérif Ghemmour : Le génie de Cruyff comporte trois dimensions. Il a été un joueur et un entraîneur d’exception, notamment à la tête du FC Barcelone, surnommé la « Dream team » à l’époque. Il est aussi l’inspirateur du football moderne, ce qui en fait le père spirituel du football espagnol actuel, à travers l’équipe nationale qui a gagné la coupe du monde 2010 et deux championnats d’Europe (2008, 2012) mais aussi du Barça. La nouvelle école du football espagnol, qui a été copiée et imitée dans tout le reste de l’Espagne, c’est le Barça de Guardiola. Et ce dernier est le fils spirituel direct de Johan Cruyff. Il était arrivé en équipe première du Barça au début des années 90 par la volonté de Cruyff alors qu’il jouait dans les équipes réserves. Guardiola, dont Cruyff avait fait son capitaine, revendique d’ailleurs lui-même l’héritage en mettant en pratique les préceptes de jeu cruyffiens.
Cet aspect tridimensionnel de Johan Cruyff est unique. Aucun autre acteur de l’histoire du football n’est doté de cette épaisseur. Il y a eu des grands joueurs qui sont devenus par la suite de grands entraîneurs, même s’il y en a peu. On peut citer Mario Zagalo et Franz Beckenbauer qui ont gagné la coupe du monde en tant que joueur et en tant qu’entraîneur. Mais s’ils ont gagné avec talent, ils n’ont pas laissé un héritage doctrinal. Alors que Cruyff a une véritable réflexion sur le foot. Comment doit-on jouer ? Comment doit-on s’entraîner ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? A tel point que cet aspect doctrinal a beaucoup influencé la pédagogie du football aux Pays-Bas. Lorsque, entraîneur de l’Ajax d’Amsterdam, il s’exprimait sur la tactique, ses recommandations étaient reprises le dimanche suivant dans les clubs amateurs néerlandais !

Libellés : , , ,

22 mars 2016

Raphaëlle Bacqué et les collègiens

Raphaëlle Bacqué invitée de l'Observatoire des médias le 18 mars a bien voulu le matin, répondre aux questions de deux classes de 4e du collège Paul Eluart de Gennes dans le Maine et Loire. Une séance très bien préparée par les élèves qui avaient leur porte parole, mais qui ont aussi individuellement, posé beaucoup de questions souvent pertinentes.



Après des questions sur le cursus, les études et la vocation ( dès 7 ans !), et le conseil d'avoir la meilleure culture générale possible, des questions simples et directes.
" Pourquoi écrire des livres ? Pour sortir du format de la double page et ses 200 000 signes"
"Qu'est-ce qui vous plaît dans ce métier ? Côtoyer différents milieux et être curieuse des autres; j'aime beaucoup écrire, raconter une histoire, ce qui suppose une bonne enquête. Le début de l'article est essentiel : il faut décrire une scène pour placer le lecteur au coeur de l'histoire" 
En général une enquête tous les 15 jours, avec des temps exceptionnels comme après les attentats du 13 novembre  dernier, où elle a joué le rôle de chef d'orchestre pour écrire le grand récit dans le Monde, fruit de toutes les contributions des journalistes.
Et de recommander aux jeunes élèves la lecture du roman Bel Ami de Guy de Maupassant

Libellés : , , , ,

Congo : informer et se faire assassiner - Vincent Machozi

Fondateur d'un site d'information sur les violences dans le Nord-Kivu le long de la frontière Est de la république démocratique du Congo, le père assomptionniste Vincent Machozi a été tué dans la nuit de dimanche à lundi, peu après avoir "posté" un article dénonçant l'implication des présidents congolais Joseph Kabila et ruandais Paul Kagame dans les massacres des populations de cette région. Il défendait les terres et les droits de l'ethnie yira majoritaire dans le Nord-Kivu, qui est systématiquement chassée de ses terres, terrorisée et massacrée par des groupes armés. Pour pouvoir exploiter et piller le sous-sol riche en coltan. Certains ont qualifié ces massacres de " génocide de l'ethnie yira".
Le père Machosi était menacé depuis deux ans et par trois fois avait réussi à échapper à la mort.
(La Croix 22 mars 2016)

Libellés : , , , , , ,

15 mars 2016

Grand Bassam Côte d'ivoire

L'attentat d'hier en Côte d'Ivoire sur la plage de Grand Bassam est spectaculaire car il touche, comme en Tunisie, un site très fréquenté par les expatriés. Lorsque j'étais coopérant à Abidjan de 70 à 74, nous allions chaque dimanche à Grand Bassam dans les paillotes au bord de la mer. C'était très agréable. Un bol d'air et un changement au regard de la moiteur pesante d'Abidjan. La mer était et est toujours redoutable avec une barre très dangereuse pour les baigneurs (cf. photo). Le Club Med qui s'était installé dans cette période euphorique à Assinie pas très loin de Grand Bassam, a perdu - noyé - un nombre élevé de "gentils membres" et a rapidement fermé.

  Grand Bassam était le témoignage des premiers sites de la colonisation et une architecture remarquable qui tenait encore debout malgré le climat et l'absence d'entretien. Les reportages vues à l'occasion du tragique attentat montre que Grand Bassam à encore une marque d'authenticité.


Libellés : , , , ,

13 mars 2016

Raphaëlle Bacqué le 18 mars à l'Observatoire des médias



Raphaëlle Bacqué,  grand reporter au Monde, invitée de l’Observatoire des médias de l’université permanente vendredi 18 mars à l’IUT de Nantes
Récits au long cours, reportages et portraits sont sa marque de fabrique au Monde.

Récits au long cours, reportages et portraits sont la marque de fabrique de Raphaëlle Bacqué au Monde. Elle a récemment publié dans ce quotidien les portraits d’Alain Finkielkraut, Bernard Cazeneuve, Benoît Violier.
Elle est également l’auteure de nombreux  livres, parmi lesquels La femme fatale (avec Ariane Chemin) sur l’élection présidentielle de 2007, et Le dernier mort de Mitterrand (Prix Aujourd’hui 2011). Elle a publié en avril 2015 aux éditions Grasset, Richie, portrait de Richard Descoings directeur de Sciences Po Paris décédé en 2012.
Diplômée du Centre de Formation des Journalistes (CFJ) et de l’Institut d’études politiques de Paris, elle participe régulièrement à l’émission de la 5 « C dans l’air » d’Yves Calvi, sur l’actualité politique. Elle interviendra sur le thème :

Enquêtes dans la presse écrite

IUT de Nantes 3 rue du Maréchal Joffre de 14 h 30 à 16 h - 8 € pour les non adhérents


Libellés : , ,

9 mars 2016

Pascal Praud et le sport dans les médias

Le nantais Pascal Praud, journaliste, chroniqueur à RTL, animateur d'émission de football sur RTL et iTélé, était l'invité de l'Observatoire des médias de l'UP le vendredi 26 février au CCO. Le thème : le sport dans les médias. Il remplaçait au pied levé Piere-Louis Basse, indisponible pour raisons de santé.
Extraits



 Le sport dans les médias



Photos Patrice Saint André
Extraits :
" Le sport est le dernier programme TV à réunir toute la famille, alors que les médias sont confrontés à un processus de demassification"
« Le sport c’est le direct, et le football est le spectacle qui marche par excellence »
"Les journalistes sont des butineurs, un peu touche à tout, donc forcément superficiels"
«  Le journaliste commentateur est vendeur de son match ; il faut être « gentil » pour durer ( cf. Michel Drucker) »
" Au FCNA, je n'étais pas dans mon métier...je n'étais pas pro!"
«  Le FCNA appartient aussi au public ». «  Le centre de formation ne doit pas former que des footballeurs, il doit aussi former des hommes ». «  Il y a un code d’honneur dans les vestiaires ».
"En radio-TV, la technique est plus importante que le fond..."
A propos de la FIFA, Joël Praud a tenu à souligner qu’une grande partie « des recettes de la FIFA sont redistribuées, particulièrement dans les pays du Sud » et que la corruption qui existe sous forme d’achats de voix pour la désignation des pays désignés pour les coupes du monde « est très difficile à prouver ».
Il estime que Platini a très mal géré sa mise en cause sur le plan médiatique, et que les sanctions qui le touchent sont disproportionnées.
Pour finir cette citation d’Albert Camus rappelée par Gérard Salouze, intervieweur du jour « “Tout ce que je sais de plus sûr à propos de la moralité et des obligations des hommes, c’est au football que je le dois”.

Jean-Claude Charrier – Patrice Saint André
Lien pour télécharger la conférence audio : http://we.tl/Q3gKaH6SHf


Libellés : , , , ,

7 mars 2016

Notre Dame des Landes, 5 kms de tramway

Un récent numéro de l'Hebdo Sèvre et Maine ( 28 janvier) a demandé aux responsables politiques du vignoble de s'exprimer sur le projet de transfert de l'aéroport à Notre Dame des Landes. Le délégué Les Républicains, Jérôme Guiho , vertavien, ( futur candidat aux législatives 2017 ?) apporte des éléments chiffrés intéressants.
Le projet de 560 millions d'euros est supporté à 70 % par Vinci et 15 % par l'Etat. La charge des collectivités se situe autour de 100 millions de participation, " C'est quasiment 5 km de tramway".
Concernant l'agriculture, 97 % des terres ont été achetées depuis 40 ans à l'amiable. Seuls 4-5 exploitants sur une quarantaine ont refusé les compensations - des chiffres très élevés ont circulés - et ont voulu aller jusqu'à l'expropriation. Encore faudrait-il que les décisions des juges soient appliquées...

Libellés : , , ,

2 mars 2016

Euro Foot, rien à Nantes hélas

Nous sommes à 100 jours du début de l'Euro de foot qui aura lieu dans toutes les grandes villes de football de France. Sauf dans l'Ouest qui est pourtant une grande terre de football avec, cette année, 6 clubs en ligue 1.C'est logiquement Nantes qui devait accueillir cette compétition dans l'Ouest. Les retombées en matières économique, emploi, tourisme, image de la ville, auraient été considérables. Des centaines de milliers de supporters, touristes et amateurs de football auraient afflués vers Nantes. De quoi contrebalancer le coût de la modernisation de la Beaujoire qui était demandé aux villes organisatrices. Nantes et Jean-Marc Ayrault, sans beaucoup de débats et une presse déférente, avaient dit " Non merci".
A l'époque j'avais fait une chronique pour désapprouver cette décision et dire que Nantes avait une belle occasion de rebondir en choisissant le projet de Transbordeur du XXI è siècle. http://polemiquevictor.blogspot.fr/2010_05_01_archive.html
Las, nous n'avons ni l'un, ni l'autre. Nantes déjà dans le ventre mou du classement des métropoles françaises, qui se veut toujours "apaisée" risque de devenir "endormie" au cours de ce mandat.

Libellés : , , , ,